CLARA YSÉ : UN REGARD POÉTIQUE SUR NOS PLAIES
L'abum Oceano Nox de Clara Ysé © Quoique 2024

CLARA YSÉ : UN REGARD POÉTIQUE SUR NOS PLAIES

Nouvelle révélation dans le paysage musical français, l’album Oceano Nox (2023) de Clara Ysé agit tel un pansement sur nos pensées. Minutieusement composés, les titres s’enchaînent et les histoires s’esquissent. Sa voix, sa musique et ses mots sont des instants qui nous invitent dans un périple imaginaire. La poésie puissante qu’elle nous révèle est une passerelle vers des problématiques contemporaines où se rencontrent des joies et des souffrances universelles.

0 commentaire
TRIBUNE : STOP AUX ÉBATS, PLACE AU DÉBAT ! 
© Photomontage Quoique

TRIBUNE : STOP AUX ÉBATS, PLACE AU DÉBAT ! 

À l’approche des élections européennes qui se dérouleront le 9 juin prochain, Quoique s’interroge sur la disparition de la nuance et de l’essence même du débat au sein de la sphère politique. Selon l’Académie Française, le débat est une discussion publique, dirigée et organisée autour d’un thème. Ces échanges peuvent être agités, engagés, passionnés mais ont pour objectif commun de nous élever dans notre réflexion.

0 commentaire
SOPK : UNE PATHOLOGIE FÉMININE AUX EFFETS PEU CONNUS
© Freepik

SOPK : UNE PATHOLOGIE FÉMININE AUX EFFETS PEU CONNUS

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), découvert par les docteurs Stein et Leventhal en 1935, toucherait une femme sur dix en France. Il se caractérise par un déséquilibre hormonal déclenché par une présence excessive de testostérone, l’hormone mâle. Un ensemble de symptômes physiologiques et psychologiques sont associés bien que la prise en charge médicale soit souvent restreinte aux difficultés de procréer. De l’errance médicale à l’estime de soi, Pauline, 30 ans, nous partage son regard sur la maladie.

0 commentaire
L’EXPÉRIENCE DOCTORALE : LA  RECHERCHE A UN PRIX
Image générée par IA, mars 2024, © Quoique

L’EXPÉRIENCE DOCTORALE : LA RECHERCHE A UN PRIX

Le statut de doctorant peut sembler difficile à incarner pour celui qui l’obtient. Appelé aussi « jeune chercheur », l’image de l’éternel étudiant éloigné de la réalité persiste malgré une volonté, de la part des universités, de se décloisonner du reste du monde. Ni docteur ni vraiment étudiant, les années de recherches sont un interstice durant laquelle le futur docteur sera mis à rude épreuve. Particulièrement éprouvante, l’expérience doctorale convoque le parcours personnel du jeune chercheur qui se confronte aux traditions ancrées de l’université.

Commentaires fermés sur L’EXPÉRIENCE DOCTORALE : LA RECHERCHE A UN PRIX
INCESTE : « Nous avons démystifié la famille »
Faire famille © Quoique

INCESTE : « Nous avons démystifié la famille »

« séisme », « explosion », « bombe », « tsunami », « déflagration », les mots employés par les proches lors de la révélation…

Commentaires fermés sur INCESTE : « Nous avons démystifié la famille »
PRISON : LA SENSORIALITÉ INCARCÉRÉE
triplette MA blois © CGLPL

PRISON : LA SENSORIALITÉ INCARCÉRÉE

Éloignée des préoccupations premières de l’administration pénitentiaire, la sensorialité n’échappe pas à l’incarcération. La prison implique une vue limitée, des odeurs imposées, des bruits incessants, un goût sans saveur et un toucher contrôlé. Elle condamne les sens dans un espace restreint et sécuritaire. Malgré des différences entre les prisons, les effets de la sensorialité incarcérée sont multiples.

0 commentaire
L’ÉPILEPSIE: « C’est comme une ombre sans visage. »
Clara, 2024, © Quoique

L’ÉPILEPSIE: « C’est comme une ombre sans visage. »

Selon Épilepsie France, 650 000 français et françaises souffrent d’épilepsie. Il s’agit de la seconde pathologie neurologique la plus répandue dans le pays après les accidents vasculaires cérébraux. Une méconnaissance subsiste autour de ce handicap invisible dont le nom est pourtant bien connu. Victime de son histoire, l’épilepsie reste associée à la folie. Au quotidien, les personnes épileptiques vivent avec, à défaut de pouvoir vivre sans. Épileptique depuis ses sept ans, Clara, jeune femme entrée dans la trentaine, témoigne sur cette vie de tous les jours.

Commentaires fermés sur L’ÉPILEPSIE: « C’est comme une ombre sans visage. »